Coin Tower

Coin Tower est un tout piti jeu 2 joueurs dans la lignée de Coin age (en encore plus simple) créé à l’occasion du 2015 two player PnP design contest par Santiago Eximeno. Santiago Eximeno, auteur espagnol,  ne connait pas les joies de la célébrité. C’est pourtant un designer persévérant qu’on retrouve régulièrement en concours sur Boardgamegeek. Classé 5e dans la catégorie des jeux abstraits cette année là, Coin Tower n’a  pas fait de grosses vagues mais n’en démord pourtant pas. Voyons comment.

En préambule et comme son ainé théorique Coin Age, Coin Tower cumule praticité et efficience. Le jeu, réduit à un carré de carton et une règle de quelques lignes aisée à coller à son verso, s’emporte partout, oublié au fond de son sac favori. Il ressort à toutes les sauces lors d’occasions farfelues qui ne s’y prêteraient pas au premier abord.

13480070_10208146604757718_1630722491_n
Pièces de 2 cents pour cette fois.

En plus d’un micro plateau et d’une règle aussi facile à mémoriser qu’un tweet peut l’être, il vous faudra 10 piécettes pour jouer à Coin Tower. Quelles qu’elles soient. 10 pièces de 10 centimes font un travail formidable mais vous pouvez varier en fonction de ce que vous trouvez au fin fond de votre porte monnaie et de celui de votre adversaire. Coin Tower étant un jeu purement abstrait, vous pouvez aussi choisir de vous débarrasser totalement du plateau. Tant que vous trouvez de quoi constituer un carré de 9 cases, ça devrait être bon.

Une fois les éléments du jeux rassemblés, constituez deux tours de 5 pièces. Le premier joueur pose la première pile sur n’importe quelle case du plateau puis le second joueur fait de même avec la seconde.

13487702_10208146604437710_1889843062_n

Chacun votre tour, vous devrez ensuite déplacer une pile de pièce (celle de votre choix, il n’y a ni camps, ni pièces adverses) d’un ou deux espaces en ligne droite, en prenant soin de toujours laisser au minimum une pièce sur votre espace de départ et de toujours parcourir des espaces vides. Vous choisissez le nombre de pièces que vous embarquez, vous n’êtes même pas obligé de déplacer l’intégralité des pièces à votre disposition. Une tour de pièce ne peut pas traverser une autre pile ni finir dessus.

Le premier joueur incapable de déplacer une pile de pièce perd la partie.

13511419_10208146603517687_224590072_n

La victoire ou sa petite sœur la défaite se décident très vite. Il y a 9 espaces pour 10 pièces, une partie se joue et se conclue  en un claquement de doigt. Les deux  premiers mouvements sont généralement aléatoires, les deux suivants sont charnières, les trois finaux sont superflus. Un joueur déplace en moyenne trois piles de pièces par partie. il ne faut donc pas louper le déclic et il vaut mieux éviter de compter sur une erreur de l’adversaire. Le jeu n’est pas à proprement parler « profond ». Il est fluide, rapide, on en redemande absolument et il faut quand même se creuser un minimum la tête pour éviter de se retrouver poussé dans un cul-de-sac.

Coin Tower est un morpion fort bien amélioré. Contrairement au morpion, il n’y a pas de tactique gagnante à coup sure et jamais d’égalité. Le jeu ne vous transformera pas en calculateur ultra efficace mais vous demandera quand même de jauger la poignée d’options qui vous reste sous peine de vous faire acculer. Un gros jeu vous demande généralement de faire ça tout au long de la partie, faisant intensément chauffer vos neurones. À Coin Tower, il vous suffit de le faire à votre antépénultième coup.

Le designer précise qu’une partie dure 5 minutes. En réalité, une partie en dure moins d’une. Toutefois, vous vous retrouverez vite à structurer vos parties en manche ou à les enchainer fébrilement avant de constater que 20 minutes ont passé.

13480112_10208146604157703_1006610153_n

Coin Tower est un jeu qui nécessite un juste milieu entre concentration et désinvolture. Il profite des conversations amusées, des ragots et des joutes orales détendues généralement générées autour d’un bon verre (de ce que vous voulez) mais perdra toute force si votre esprit glisse trop vers cet extérieur social (ou télévisuel pourquoi pas).

Contrairement à Joust, qui lui aussi se repose sur cette étincelle fugace de réflexion mais qui peine à devenir un jeu de salon correct, Coin Tower est un jeu idéal à sortir sans retenue. Au lieu d’envisager les sempiternels batailles de pouce, pierre-feuille-ciseau ou morpions dessinés avec désespoir sur un bout de nappe, révélez vos 10 pièces.

Coin Tower n’est pas forcément destiné uniquement à un public de non-joueurs mais fera spécifiquement mouche parmi ceux-ci tandis que deux aficionados des jeux de plateau se lanceront peut être avec plus d’entrain ou d’envie dans Coin age.

Variante maison: Pour une partie un peu plus nerveuse, changez les règles de déplacement. J’annonce généralement qu’une tour ne se déplace pas d’une ou deux cases en ligne droite mais se déplace systématiquement et obligatoirement en bout de rangée (toujours au dernier espace disponible de sa ligne ou colonne). Les tours ne pouvant toujours pas traverser d’autres piles, bloquer des chemins devient beaucoup plus intéressant. Le jeu devient un peu plus dynamique, les piles virevoltants à droite à gauche et modifiant le plateau comme des électrons libres plutôt que comme un lichen prenant lentement ses aises.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Ping: tong

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s