the maiden in the forest

Nous revoila  avec un jeu solo, nous revoila avec un  microgame de 18 cartes, nous revoila avec un participant à un concours boardgamegeek, nous revoila avec Todd Sanders !

Todd sanders est probablement la source de PNP la plus prolifique une fois kickstarter exclu. Son maiden in the forest prit part, comme de juste, au 18 card microgame contest de 2014. Vainqueur des catégories meilleur jeu, meilleur jeu solo et meilleurs graphismes, le jeu est talonné par Do not forsake me, seconde entrée de Todd au concours de cette année là.

The maiden vous demandera d’imprimer 18 cartes recto-verso divisées en 4 cartes objet, 1 personnage, 12 arbres et une carte de règle. L’ambiance visuelle est douce et assez peu chargée, les verso peuvent très bien se travailler en nuances de gris.

Vous incarnez une princesse, emprisonnée dans un cercle de verdure. Les arbres vous empêchent de vous échapper et il faudra tous les endormir par des séries de manipulations magiques successives. Si à l’issu du jeu, un seul des arbres n’est pas pleinement endormi, il vous sera impossible de sortir de votre cage champêtre !

fotor_(21)

Autour de vous, 12 cartes d’arbre positionnées en cercle, retournées du coté coloré et tronc vers le centre. La princesse se place bien entendu à l’intérieur de ce cercle, sous la carte dont la position représente midi/minuit. Les 4 objets sont condensés en une pioche face cachée.

Vous avez 12 tours pour vous échapper. Chaque tour est divisé en deux parties: le jour et la nuit.

Chaque jour, il vous faudra mélanger la petite pioche et en tirer une première carte. Cette carte objet sera ornée d’un symbole qui se répercutera invariablement sur 3 cartes de la foret. Les arbres disposant de ce symbole ne pourront pas être manipulés durant le tour qui vient (jour en cours et nuit suivante). Vous pouvez ensuite utiliser les trois cartes objet restantes pour déplacer les arbres autorisés. Chacune des cartes objet vous permet d’intervertir deux arbres selon des conditions très précises. L’oiseau vous permet d’intervertir deux arbres de la même couleur ou possédant le même symbole objet. La feuille interverti deux cartes se faisant face, la brosse se concentre sur deux cartes adjacentes et le feu vous laisse libre de choisir les cartes en question.

fotor_(22)

Libre à vous de ne pas utiliser toutes vos options. Vous serez d’ailleurs plus souvent bloqués qu’à votre tour.

Chaque nuit, vous pourrez ensuite faire pivoter des arbres pour que leur tronc pointe vers l’extérieur du cercle ou retourner des arbres déjà pivoté sur leur coté dormant. Malheureusement, de nouvelles conditions sont nécessaires à ces actions. Vous ne pouvez faire pivoter/retourner des arbres que selon des schémas très précis. Vous disposez de trois possibilités: deux cartes se faisant face, trois cartes à équidistance ou 4 cartes formant une croix. Vous êtes libre d’activer ces trois modèles dans l’ordre de votre choix mais vous ne pouvez utiliser un certain type de schéma qu’une seule fois par nuit.

fotor_(20)

Enfin, pour clore la nuit, la jeune fille se déplace d’une carte dans le sens des aiguilles d’une montre. Vous mélangez alors à nouveau les cartes objets et commencez un nouveau jour. Le jeu se termine lorsqu’elle revient finalement à sa position initiale. Si tous les arbres se sont endormi avant cela, vous gagnez.

The maiden est puzzle qui ne demande pas de tactique mais des capacités de prévision et d’étude. Un esprit aguerri aux stratégies au long cours et à la génération de plans sur plusieurs manches n’y verra qu’une distraction agréable et belle. Un joueur plus modéré pourra faire chauffer ses neurones jusqu’à ce qu’il prenne le coup. D’aucuns définissent le jeu comme calculatoire, exprimant que trouver la solution n’est pas le plus difficile et que le danger vient de ne pas se foirer en cours de route. En réalité, il proposera un sacré challenge au commun des mortels.

pic2380390
Une partie perdue de Chris Hansen, celui qui gère PnP game news. Il lui sera impossible de retourner le dernier arbre.

Le positionnement original des cartes et leur manipulation en font un jeu différent et complet mais il peut s’avérer laborieux de déterminer régulièrement quelle carte fait face à quelle carte lorsque le cercle fluctue un peu trop.

Pour plus de difficulté et puisque les visuels semblent enjoindre cette option, vous pouvez modifier le pouvoir du feu et ne lui permettre d’intervertir que deux cartes espacés d’une carte. Le jeu devient alors assez redoutable.

Comme à son habitude, Todd Sanders nous gratifie d’images anciennes magnifiques et d’une ambiance à couper le souffle.

Sans surprise, le jeu se télécharge sur boardgamegeek.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s