Baston d’nains

S’échapper des faubourgs demande une certaine forme d’implication, de préparation et de courage. Et si je vous disais (bis) qu’il existe des jeux de rôle délirants, infiniment drôles, sans aucune préparation préalable, qui miment efficacement les principes de certains jeux de société, ne nécessitent quasiment pas de matériel et se jouent en un rien de temps?

Baston d’nains (de son petit nom dwarf brawl) est de ceux-là. De ceux qui trichent un peu avec les concepts. De ceux qui utilisent habillement des usages que nous maîtrisons parfaitement pour les dévoyer discrètement. De ceux qui, comme peuvent le faire texas zombies ou oui seigneur des ténèbres, encadrent les joueurs tout en s’amusant à les faire construire un récit improbable né de leur capacité d’adaptation au bordel ambiant.

Il vous faudra pour jouer à dwarf brawl une feuille de papier récapitulant vos options d’action et leurs effets, un adversaire et un d10 à partager.

Le premier joueur, de préférence en grommelant, gueulant ou baragouinant, choisit une attaque parmi les 10 proposées. Il lancera le dé pour en découvrir l’efficacité. Perte de points de vie et déclenchements d’effets s’en suivront. Le second joueur fera de même et l’alternance continuera jusqu’à ce que l’un des deux perde son dixième PV et par là même le combat. Plutôt simple n’est-ce pas ?

Jonas_Suyderhoef_after_Gerard_ter_Borch_-_Fight_in_an_Inn_21715.jpg
Jonas Suyderhoef d’après Gerard ter Borch – Combat dans une auberge

Points de vies, panel stratégique d’attaques, lancés de dés générateurs de réussites, nains ivres, Dwarf brawl a tout du jeu de société tout à fait classique. Son point fort ? Les règles réclament que vous jouiez précisément des nains ivres morts en train de se castagner.

Keep it in Character!
This is a damn role playing dice game. You’re drunk dwarves, act like it!

Interdit de choisir mécaniquement son attaque et de la résoudre. Il faudra vous mettre dans la peau du petit barbu dont le sang monte à la tête et bafouiller, insulter votre adversaire, trébucher, renverser de la bière, viser les parties d’une voix de plus en plus aléatoire, tenter un suplex, jurer de plus belle en postillonnant et tanguer. Hors de question de bêtement simuler un affrontement, il faut le vivre. Ivre. Le vivre ivre. D’ailleurs, un petit verre ou deux avant une partie est tout spécialement conseillé.

Rien de plus fédérateur que la bêtise de l’ivresse, surtout lorsqu’elle est feinte. Rien de plus fédérateur que la bonne vieille bagarre, surtout lorsqu’elle s’accompagne d’actions très libres dont la description nous incombe. Le sempiternel coup dans les parties fera très vite pâle figure à coté des nombreux coups involontaires nés de retournements de situations improbables, dans des postures incongrues, uniquement dues aux caprices des dés adverses.

guff1
Une technique de combat potentielle, si l’envie vous prend.

Malgré un cadre extrêmement restreint, Dwarf brawl est extraordinairement efficace pour ce qu’il propose. Une partie de 10 minutes, un exutoire, une bonne crise de rire, tout le monde y trouve son compte. Et encore une fois, le jeu est un bel outil dédié à l’imagination (cette fois-ci purement guerrière et à priori viriliste) sans aucunes prétentions et qui ne nécessite aucun bagage. Parfois ressemblant à un match de catch en slow motion, parfois plus apparenté à un combat de clochards dans un caniveau, chaque affrontement sera délicatement différent du précédent.

Son seul défaut réside dans un panel d’action plutôt difficile à mémoriser. Les deux joueurs devront alors constamment retourner à la feuille des règles pour revérifier leurs procédures, cassant ainsi régulièrement le rythme. La tare s’estompe avec l’habitude ou le talent mais hachurera dans un premier temps vos rixes.

Le jeu, en anglais ou en français ne prend qu’une page. Pourquoi se priver ?

Levons nos chopines et que l’affrontement reste cordial. Sale, chafouin mais cordial!

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s